Thanks to Roolz for sharing with us his review. You can find the original review here.

Note: this is in no way a paid review (we never do that).

 

 

Photos et liens / Pictures and links:
ENGLISH:
Disclaimer: Wall of text below. IF you don’t care for the details, go directly to the conclusion.
Basically, I am not a wet palette user. I tried in the past, by DIY-ing some palettes following the tutorials available on the web (plastic tub, sponge, baking paper), but I quickly gave up, mainly because the general ergonomics didn’t suit me, and because I couldn’t control the dilution.
Nevertheless, I supported the Redgrass games KickStarter campaign for their “Everlasting Wet Palette”. For several reasons: -The concept was relevant. That is, simply developing a specific product for a specific purpose. It seems obvious, but the usual components of a homemade wet palette are originally intended for kitchen use, not for painting. – The technical approach was consistent, i.e. working in a pro manner on ergonomics and materials. Frequently (on KS and elsewhere), I see projects based on a concept “sexy from afar” that disregard the technical and industrial constraints, and that inevitably go bust on time, cost, or even on sheer feasibility. – Worst case scenario, if the thing ends up not to my liking, it would have made a gift for a painter friend of mine painter, who is a wet palette aficionado.
The KS campaign went smoothly, as well as the follow-up. [digression : Redgrass had a small development issue before starting the KS. Originally the membrane (the equivalent of the usual baking paper) was supposed to be a single microporous sheet, infinitely reusable. They failed to develop this within the forecasted time, and chose to launch the KS with a “disposable membrane” solution. That’s commendable: better implement a robust solution right now than something potentially unreliable tomorrow. They said they’ll continue working to develop this ultimate membrane. Time will tell.]
Finally, the product was delivered almost at the expected date (mid-June versus March, that’s basically no delay for crowdfunding projects).
The Everlasting Wet Palette is proposed in 2 formats: Normal (“Painter” 15x20cm), and Large (“Studio” 20x30cm).
I chose the “Painter” version: it’s about the size of my usual dry palette, and I did not want something that takes up too much space on my table.
Unpacking the stuff:
The product is delivered in a neat cardboard box, which contains: – The box in ABS, in 2 parts (grey base & orange cover) – Elastic fabric ribbon – 2 hydration foams – 2 bags of 50 membranes – A small accessory with weels (the “wavy”, which I will call “well thingy”)
The perceived quality is fine. The plastic parts of the box are clean, rigid, without deformation. The box cover has a TPE overmolded seal (TPE is ThermoPlastic Elastomer to his friends) which ensures airtightness when the box is closed. Note: The fact that the seal is overmolded provides a structural attachment between the ABS and the TPE (i.e. the seal should not go away after some handling).
The other elements are at the same level of perceived quality. The foams and membranes are well cut, without burrs, the elastic ribbon is well finished. Their packaging is also neat. The 2 hydration foams are in sealed bags, which prevents the foam from drying out during storage and delivery. Though there is no functional problem if the foam dries (just add water), the sealed bags ensure a good visual impression when unpacking, and de facto eliminate potential complaints. Well thought.
Setup and use of the stuff:
The setup is very easy : put the foam in the base, pour water (not too much, the water level shall not exceed the foam), place a membrane on it, ensure that there is no water over the membrane or too much air bubbles underneath, put the “well thingy” on one side, and here we go!
Let’s start with the “well thingy”. It attaches to the base via magnets and can be placed on the desired side (there are magnets on 3 sides of the base). Handy for left-handed people, among others.
The “well thingy” is used to dilute inks and washes, and serves also as a brush holder. I have not used the wells yet. I diluted my inks & wash directly on the membrane, as I used to do with my usual dry palette. In short, they are wells, move along. The “brush support” function turns out to be quite practical: putting and taking the brush on the “well thingy” is a wee bit faster than to put it directly on the table or in the brush-pot next to his 15 brush friends. I gain maybe a fraction of a second by manipulation, but on a several hours session the gain is not zip.
Let’s come to the main course, the palette part itself (box + foam + membrane).
The base of the box has an internal texture, which gives grip to the foam and eases the flow of the thin layer of water between the box and the foam, when pouring water. Again, that’s the kind of design detail that you appreciate, particularly when you have an engineering background like me.
Difficult to guess the exact composition of the foam and membrane. The foam is said to be antifungal, which prevents it smelling like a long-dead corpse after a while, as it can happen with the sponge of homemade palettes (I obviously couldn’t test the anti-dead-corpse-smell properties).
Anyway, in use, it’s clear that it works quite well.
The foam has a flat surface (unlike some sponges that are “wavy”). The membranes are flat too (baking paper sometimes tends to curl, going back to the shape of the original roll). This makes the membrane stick very well on the foam and the bubbles easy to remove (I have not managed to get something absolutely perfect for this first test, but it should come with a little practice) .
The working area of the normal model (“Painter”) is enough or me, as expected (hoped?). I was able to use about 15 colors without feeling any lack of space.
It’s possible to use the box cover as 2nd palette (2 foams are delivered) and thus double the surface in case of emergency, but I do not think I’ll often use it. Only for work requiring a lot of mixtures or a very large number of colors.
Once you put a drop of paint (or wash), a little water and / or medium, and mix all of this, the dilution ratio of the mixture does not change during the painting session (observed during a 1st session 2-3 hours).
I had no problem getting used to the dilution or controlling it, painting felt almost like it always did with my dry palette.
I was able to take long breaks and return to my desk without adding paint or water. This is of course the main function of a decent wet palette.
Again, I gained a few seconds each time, but put at the end of the session these seconds add up.
Overall, I’ve been quite impressed (so far, my tolerance threshold with DIY wet palettes was very short, before throwing everything in the trash).
One situation can potentially pose a concern, but it is intrinsic to the concept of wet palette: when I use a very fluid paint and I’m looking for a high consistency (painting micro-points), I happen to leave the paint on my dry palette on purpose, letting evaporate a little medium and increase its viscosity. This is not possible with a wet palette. However, it is a rather exceptional situation. And the “well thingy” is here for that.
One can also question the number of membranes. With 100 membranes, a quick calculation tells me that I have enough to paint like crazy for 2 years (unrealistic, but let’s move on). By then, Redgrass may have developed its ultimate microporous membrane. If they don’t manage to do it, I’ll buy them a bag of membranes. Worst case scenario, I’ll use regular baking paper.
Once the painting session is over, I put the cover (the one with the seal) on the base, and done.
The next day, I open the thing, and let’s start again.
The seal is certainly not 300% perfect, it’s not a dive watch tested at 5bar pressure (73psi for you 1% alien to the metric sytem). But it seems to do the job pretty well. I saw water on the sides, and the membrane and the foam remained wet. A little re-mix on some colors where a pigment-water separation happened, and here we go. Regarding usability, same verdict as the day before.
Incidentally, I had the answer to a question I had in my head during the KS campaign. Mechanical engineering, still 😊. Why do they put an elastic ribbon around, when they could have designed a system that snaps-on? Negligence? Ignorance of design principles? Demonic Possession? Nothing of the sort. The answer is very simple, yet difficult to guess without having really used the thing. The big advantage of having a cover that does not snap on is that there is no force applied to put and remove it. So, zero risk of going at it like a bull, pour the contents everywhere, etc. It’s more ergonomic. The ribbon is just there to carry the box, if needed. Which should not happen very often, except for itinerant painters.
Conclusion:
This first test definitely impressed me. The product is well designed, well made, and very easy to use. The promises are therefore kept, as far as I’m concerned. I believe wet palette aficionados will be very happy. Being a hardcore dry palette user, it is even conceivable that I definitively abandon my dry palette for this one. To be confirmed in the medium / long term, obviously.
Regarding size, the normal model (“Painter”) should be more than enough for the vast majority of painters. For pro painters or hardcore paint mixers, it may be more relevant to select the larger model (“Studio”).
One can say “well, I have the same with my plastic tub, my sponge, and my baking paper, for dirt cheap, and it does the job”. Sure. Except that for once it worked for me, for real, and it worked the first time. To the question “how is it better”, my answer is: given the choice to do 100 km (62 mi…) on foot or by car, I think the car is better.
For those who have missed the KS, the palette can be ordered on the Redgrass website (https://www.redgrassgames.com/), for a price almost identical to the KS campaign.
Avertissement : Beaucoup de texte ci-dessous. Y’a du technique. Pour les pressés, aller directement à la conclusion. Aussi, j’ai touché zéro pognon pour cet article. J’ai mis des sous dans la campagne KickStarter comme tout le monde. Je n’ai aucune relation avec les gens à l’origine de ce projet. Même pas un doigt.
FRANCAIS :
Fondamentalement, je ne suis pas utilisateur de palette humide. J’ai tenté dans le passé, en me fabricant quelques palettes « maison » en suivant les tutos disponibles sur internet (tupperware, éponge, papier cuisson), mais j’ai très rapidement abandonné, principalement pour des motifs d’ergonomie générale qui ne me convenait pas, et de dilution que je n’arrivais pas à maîtriser.
Néanmoins, j’ai soutenu la campagne KickStarter de Redgrass Games pour leur « palette humide éternelle » (Everlasting Wet Palette). Et ce pour plusieurs raisons : – Le concept était pertinent. C-à-d tout simplement développer un produit spécifique pour un usage spécifique. Ça paraît évident, mais les constituants habituels de la palette humide « faite maison » sont originellement prévus pour un usage en cuisine, pas en peinture. – La démarche technique était cohérente, c-à-d travailler de manière pro sur l’ergonomie et les matériaux mis en œuvre. Fréquemment (sur KS et ailleurs), on voit des projets basés sur un concept « sexy vu de loin » qui font abstraction des contraintes techniques et industrielles, et qui forcément se plantent sur les délais, le coût, ou même sur la faisabilité pure et simple. – Au pire, si le truc ne me convenait pas, ça aurait fait un cadeau pour un de mes amis peintre, qui est un aficionado de la palette humide.
La campagne KS a été bien menée, et le suivi également. [Aparté : Redgrass ont eu un petit souci de développement avant le début de la campagne (cf. forum TricTrac). A l’origine, la membrane (l’équivalent du papier de cuisson habituel) devait être une feuille microporeuse réutilisable à l’infini. Ils n’ont pas réussi à mettre ça au point dans le délai imparti, et ont décidé de lancer le KS avec une solution « membrane jetable ». Ce qui est louable : mieux vaut implémenter une solution robuste tout de suite que qqchose de potentiellement bancal demain. Ils sont censés continuer à travailler pour mettre au point cette membrane ultime. Qui vivra verra.]
Finalement, le produit a été livré quasi comme prévu (juin versus mars, autant dire une broutille ans le monde du fiancement participatif).
La palette éternelle de la mort qui tue est proposée en 2 formats : Normal (« Painter » 15x20cm), et Grand (« Studio » 20x30cm).
Je suis parti sur la version « Painter », ça correspond à la taille de palette sèche que j’utilise habituellement, et je ne voulais pas d’un truc qui prenne trop de place sur ma table.
Déballage du machin :
Le produit est livré dans un joli emballage carton, qui contient : – La boite en ABS, en 2 parties (base grise & capot orange) – Un ruban en tissu élastique – 2 mousses d’hydratation – 2 sachets de 50 membranes – Un petit accessoire avec des godets (le « wavy », que j’appellerai « truc à godets »)
D’un point de vue qualité perçue, rien à dire. Les pièces plastique de la boite sont propres, rigides, sans déformation. Le capot a un joint surmoulé en TPE (TPE = ThermoPlastic Elastomer pour les intimes) qui assure l’étanchéité quand la boite est fermée. Note : Le fait que le joint soit surmoulé assure une accroche structurelle entre l’ABS et le TPE (c-à-d que le joint ne devrait pas de barrer au fur et à mesure des manips).
Les autres éléments sont à l’avenant, niveau qualité perçue. Les mousses et membranes sont bien découpées, sans bavures, le ruban élastique est bien fini. Leur packaging est également propre. Les 2 mousses d’hydratation sont dans des sachets étanches, ce qui permet que la mousse ne se dessèche pas pendant le stockage et la livraison. Même si le fait qu’elle se dessèche ne pose aucun souci fonctionnel (il suffit de rajouter de l’eau), ça assure un bon visuel au déballage et élimine de facto des réclamations potentielles. Bien pensé.
Installation et utilisation du machin :
L’installation est très facile, tout à fait classique : on met la mousse dans la base de la boite, on verse de l’eau (pas trop, il ne faut pas que l’eau dépasse le niveau de la mousse), on place une membrane dessus en faisant attention qu’il n’y ait pas d’eau sur la membrane ni trop de bulles d’air dessous, on met le truc à godets sur un côté, et go go go !
Commençons par le « truc à godets ». Il se fixe à la base via des aimants, et peut être placé sur le côté souhaité (il y a des aimants sur 3 côtés de la base). Bien pour les gauchers, entre autres.
Le « truc à godets » sert à diluer des encres et lavis, et fait également office de support de pinceau. Je ne me suis pas encore servi des godets, j’ai dilué mes encres & lavis directement sur la membrane, comme j’avais l’habitude de le faire avec ma patelle sèche habituelle. Bref ce sont des godets, RAS. La fonction « support pinceau » s’avère assez pratique : poser et récupérer le pinceau sur le « truc à godets » est un poil plus rapide que de le poser direct sur la table ou dans le pot à pinceau à côté de ses 15 copains pinceaux. On gratte peut-être une fraction de seconde par manip, mais sur une session de plusieurs heures c’est toujours ça de gagné.
Venons-en au principal, la partie palette elle-même (boite+mousse+membrane).
La base de la boite a une texture interne, qui donne une accroche à la mousse et facilite le passage du film d’eau entre la boite et la mousse quand on verse de l’eau. Encore une fois, le genre de détail de conception qu’on apprécie, particulièrement quand on a un background « ingénierie» comme moi.
Difficile de deviner la composition exacte de la mousse et de la membrane. La mousse est indiquée comme étant antifongique, ce qui évite qu’elle sente l’animal mort après un certain temps, comme ça peut arriver avec les éponges des palettes « maison » (pas pu tester ça, évidemment).
En tout cas, à l’usage, force est de constater que tout ça marche plutôt très bien.
La mousse a une surface bien plane (contrairement à certaines éponges qui sont « ondulées »). Les membranes sont bien planes aussi (du papier cuisson a parfois tendance à rebiquer pour reprendre la forme du rouleau d’origine). Ce qui fait que la membrane se plaque très bien sur la mousse et que les bulles sont faciles à chasser (je n’ai pas réussi à obtenir qqchose d’absolument parfait pour ce 1er essai, mais ça devrait venir avec un peu de pratique).
La surface de travail du modèle normal (« Painter ») s’avère suffisante, comme prévu. J’ai pu utiliser une 15aine de couleurs sans avoir le sentiment de manquer de surface.
Il est possible d’utiliser le capot de la boite comme 2ème palette (2 mousses sont livrées) et ainsi doubler la surface en cas d’urgence, mais je ne pense pas en avoir un besoin fréquent. Seulement pour des travaux nécessitant beaucoup de mélanges ou un très grand nombre de teintes.
Une fois posé une goutte de peinture (ou lavis), un peu de flotte et/ou de medium, et mélangé le tout, le taux de dilution du mélange ne varie pour ainsi dire pas pendant la session de peinture (constaté pendant une 1ère session de 2-3 heures).
Je n’ai eu aucun souci à m’adapter à la dilution ni à la contrôler, j’ai eu la sensation de peindre presque comme d’habitude.
J’ai pu faire des longues pauses et retourner peindre sans ajouter de peinture ou de flotte. C’est évidemment la fonction principale d’une palette humide qui se respecte.
Là encore, on gagne qq secondes à chaque fois, mais mis bout à bout ça commence à compter.
Bref, globalement j’ai été assez impressionné (jusqu’ici, mon seuil de tolérance avec les palette humides « maison » était très court, avant de jeter le tout à la poubelle).
Une seule situation peut potentiellement poser un souci, mais c’est intrinsèque au concept de palette humide : quand j’utilise une peinture très fluide et que je recherche une consistance élevée (pose de micro-points), il m’arrive de laisser exprès la peinture sur ma palette sèche, pour laisser évaporer un peu le medium et augmenter sa viscosité. Ce n’est pas possible avec une palette humide. Mais c’est une situation plutôt exceptionnelle. Et il y a le « truc à godets » qui est là pour ça.
On peut aussi se poser la question du nb de membranes. Avec 100 membranes, un rapide calcul me dit que j’ai de quoi peindre comme un malade pendant 2 ans (irréaliste, mais passons). D’ici là Redgrass aura peut-être mis au point sa membrane ultime. S’ils n’y arrivent pas, bah après je leur rachèterai un paquet de membranes. Au pire j’utiliserai du papier cuisson tradi.
Une fois la session de peinture terminée, je pose le capot (celui avec le joint) sur la boite, et hop.
Le lendemain, j’ouvre le machin, et c’est reparti.
L’étanchéité n’est certainement pas 300% parfaite, ce n’est pas une montre de plongée testée à 5bar de pression. Mais elle semble amplement suffisante pour la fonction demandée. En tout cas je voyais encore de l’eau sur les côtés, et la membrane et la mousse étaient restées bien humides. Un petit coup de touillage sur certaines couleurs ou il y avait eu une séparation pigment-eau, et hop. En termes d’usage, même verdict que la veille.
Au passage, j’ai eu la réponse à une interrogation que j’avais eu en mon for intérieur lors de la campagne KS. Ingénierie mécanique encore 😊. Mais pourquoi ils mettent un ruban élastique autour, alors qu’ils auraient pu concevoir un système qui se clipse ? Négligence ? Méconnaissance des principes de conception ? Possession démoniaque ? Rien de tout cela. La réponse est fort simple, mais difficile à deviner sans avoir vraiment utilisé le machin. Le gros avantage d’avoir un capot qui ne se clipse pas est qu’il n’y a aucun effort à appliquer pour le poser ou l’enlever. Donc zéro risque de forcer dessus, faire couler le contenu partout, etc. C’est plus ergonomique. Le ruban est juste là pour transporter la boite, si besoin. Ce qui ne devrait pas arriver très fréquemment, sauf pour les peintres itinérants.
Conclusion :
Ce 1er test m’a clairement bluffé. Le produit est bien conçu, bien fabriqué, et très facile à utiliser. Les promesses sont donc pour moi tenues. Je pense que les aficionados de palette humide seront comblés. Etant moi-même un utilisateur endurci de palette sèche, il est même envisageable que je l’abandonne définitivement pour celle-ci. Si, si. A confirmer à moyen / long terme, évidemment.
D’un point de vue taille, le modèle normal (« Painter ») devrait être amplement suffisant pour l’immense majorité des peintres. Pour les pros ou les mélangeurs fous, il est peut-être plus pertinent de s’orienter vers le grand modèle (« Studio »).
On pourrait dire « bah j’ai la même avec mon tupperware, mon éponge, et mon papier cuisson pour 3 francs 6 sous, ça fait ce que ça doit faire ». Certes. Sauf que là pour une fois ça a marché vraiment chez moi, et du premier coup. A la question « en quoi c’est mieux », ma réponse est : Si on me donne le choix entre faire 100km à pied ou en voiture, je trouve que la voiture c’est mieux.
Pour ceux et celles qui ont loupé le KS, la palette peut être commandée sur le site ouèbe de Redgrass (https://www.redgrassgames.com/), pour un prix quasi-identique à celui de la campagne KS.

C’est là ou tu est content d’avoir mis un peu de sous dans un KS qui a permis à un bon produit d’exister. Merci, de rien, ça fait plaisir, et le saucisson c’est cadeau. Tchô.

%d bloggers like this: